Chargement

Gare à l’abus de biens sociaux !

Posté le : 11/03/2019

Le gérant d'une SARL est déclaré coupable du délit d'abus de biens sociaux pour avoir fait passer sur le compte de sa société 88 achats de bouteilles de champagne pour une somme totale de près de 132 000 € ainsi que diverses dépenses de réception. Faisant valoir qu'il s'agissait de cadeaux pour la clientèle et pour les salariés de la société, l’homme demande à la Cour de cassation d'annuler ce jugement. En vain. Après avoir constaté que les clients, contactés par les enquêteurs, avaient déclaré n'avoir jamais reçu de tels présents et que a consommation de bouteilles de champagne au sein de la société ou leur utilisation comme cadeaux à des salariés ne peut être considérée que comme marginale au vu de l'objet social de la société, c’est à bon droit, selon les hauts magistrats, que les juges ont pu en déduire qu’en l'absence de justification de leur caractère social, ces dépenses engagées par le gérant au moyen de fonds sociaux, l'ont nécessairement été dans son intérêt personnel .

Autres articles

Abus de biens sociaux et interdiction de gérer

Le dirigeant de 2 sociétés est déclaré coupable d’abus de biens sociaux.

Lire la suite

Les frais du procès à la charge de l’employeur

Après avoir mené des opérations de vente de biens immobiliers validées par le conseil de direction et de surveillance de sa société...

Lire la suite

Procurations et usage frauduleux

Une femme est poursuivie du chef d'abus de confiance aggravé...

Lire la suite

Réforme de la prescription pénale

Les délais pendant lesquels il est possible de poursuivre en justice les auteurs de crimes et de délits devraient être revus à la hausse.

Lire la suite

Transaction pénale : modalités précisées

Un décret est venu insérer dans le Code de procédure pénale plusieurs dispositions définissant les conditions selon lesquelles un officier de police judiciaire peut, avec l'autorisation du procureur de la République, proposer à des personnes ayant commis certains délits ou contraventions,

Lire la suite

Réparation du préjudice moral des détenus

Après son incarcération en maison d’arrêt, un homme saisit la justice afin d’obtenir la condamnation de l'État à lui verser la somme de 4 900 € en réparation du préjudice moral qu’il a subi, eu égard à ses conditions de détention.

Lire la suite