Chargement

Liberté de la presse et caricature

Posté le : 18/03/2019

Indignée par la parution d’une caricature présentant « une femme politique sous les traits d’un bébé trisomique » en une d’un hebdomadaire satirique, une association de lutte contre l’handiphobie porte plainte pour injure publique et incitation à la haine contre les personnes atteintes de trisomie 21. En vain. Saisie de l’affaire, la Cour de cassation juge que s’il est regrettable que le dessin incriminé ait pu choquer et meurtrir les personnes atteintes de trisomie 21, ce dessin et son titre ne visent pas les personnes atteintes de ce handicap mais ciblent seulement la femme politique après les propos qu’elle a tenus et la polémique nationale qui les a suivis. Elle ajoute que la publication incriminée ne contient pas non plus d’incitation précise à adopter un comportement de rejet à l’égard des personnes atteintes de trisomie 21 à raison de leur handicap.

Autres articles

Comparution sous contrainte et vie privée

Munis d’une autorisation de comparution sous contrainte délivrée oralement par le procureur de la République, des policiers se rendent au domicile d’un individu, susceptible d’héberger la personne convoquée.

Lire la suite

Moins de morts sur les routes en février

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 203 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en février 2017 contre 263 en février 2016, soit une diminution de 22,8 %.

Lire la suite

Procurations et usage frauduleux

Une femme est poursuivie du chef d'abus de confiance aggravé...

Lire la suite

Violences sexistes : projet de loi annoncé

Le gouvernement vient d’annoncer le lancement d'une consultation publique en vue de présenter au Parlement un projet de loi...

Lire la suite

Cours d’assises et enregistrement des débats

Une femme, condamnée à 30 de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat et assassinat, reproche aux juges ...

Lire la suite

Les peines prononcées doivent être motivées

Poursuivie pour recel et blanchiment d’argent, une femme est condamnée à 1 an d’emprisonnement avec sursis et 50 000 € d’amende

Lire la suite