Chargement

Extension des poursuites : les doits du GAV

Posté le : 02/12/2019

Un individu, après avoir fait l'objet d'un contrôle d'identité et avoir été placé en garde à vue pour refus de se soumettre à des relevés signalétiques et au prélèvement biologique, s’est vu notifier une extension des poursuites au chef d'usurpation d'identité. Puis, la chambre de l'instruction prononce l'annulation du placement en garde à vue et de la mise en examen mais seulement pour les deux premières infractions. Sa décision est censurée par la Cour de cassation. Il résulte de l'article 65 de Code de procédure pénale que la notification à la personne gardée à vue d'une extension de la poursuite initiale d'un autre chef n'a pas pour effet de générer une garde à vue distincte de celle en cours au moment de cette notification. Par conséquent, en annulant le placement en garde à vue pour deux délits, la chambre d’instruction était tenue d’étendre la nullité à l'extension de la garde à vue pour le troisième.

> La décision de justice

Autres articles

Le prévenu doit toujours parler le dernier

Un individu est condamné à 18 amendes de 300 €.

Lire la suite

Droit à un procès dans un délai raisonnable

Après avoir été entendue comme témoin (donc sans avocat) plusieurs fois en 1998 puis mise en examen...

Lire la suite

L’absence des parties civiles importe peu

Un individu, condamné à vingt ans de réclusion criminelle, se pourvoit en cassation.

Lire la suite

Violences sexistes : projet de loi annoncé

Le gouvernement vient d’annoncer le lancement d'une consultation publique en vue de présenter au Parlement un projet de loi...

Lire la suite

L'employeur peut se constituer partie civile

Un salarié d’une compagnie aérienne est condamné pour des faits de harcèlement moral et sexuel...

Lire la suite

Mineur : audition obligatoire des parents

Poursuivis pour des faits d’agressions sexuelles aggravées, deux mineurs écopent, chacun, d’un avertissement solennel.

Lire la suite